Les précisions nécessaires sur l'isolation thermique extérieure

L'isolation thermique extérieure est destinée aux bâtiments en pleine rénovation qui ne peuvent pas être isolés thermiquement par l'intérieur. En plus de leur redonner leur beauté visuelle d'antan, elle joue un rôle dans l'augmentation de la performance thermique du bâtiment tout en réalisant des économies d'énergie. Le confort intérieur est également garanti. Mais cela ne saurait être effectif si certaines mesures ne sont pas exécutées lors du chantier. Il existe ainsi plusieurs systèmes d'isolation thermique extérieure, en fonction des besoins d'efficacité et d'esthétique des propriétaires d'immeubles.

Isolation thermique extérieure, isolation thermique par l'extérieur, isolation

Les techniques d'isolation thermique extérieure

Plusieurs techniques d'isolation thermique extérieure existent, en fonction de la matière avec laquelle est fabriquée l'isolant. Il existe un grand nombre d'avantages et quelques inconvénients en ce qui concerne l'isolation thermique extérieure.

L'isolation thermique extérieure en laines végétales

C'est un système d'isolation fait à base des produits naturels à l'instar du bois du coton du chanvre. Ces produits naturels qui constituent la matière première ici sont combinés à de la matière synthétique pour une efficacité à nulle autre pareille. La technique d'isolation thermique par l'extérieur en laine végétale donne ainsi le choix de l'utilisation de différents systèmes :

  • Le système d'isolation thermique par l'extérieur en liège utilisé depuis des années pour décorer les murs et adapté pour l'imperméabilité des sons
  • Le système d'isolation en laine de chanvre
  • Le système d'isolation en laine de bois
  • Le système d'isolation en laine de coton
  • Le système d'isolation en ouate de cellulose
  • Le système d'isolation en textile recyclé et le système d'isolation en laine de lin.

L'isolation thermique extérieure en laines minérales

C'est la technique la plus prisée de toutes. Ceci, grâce à son efficacité et à son prix abordable. La laine végétale se décline sous plusieurs formes :

  • Notamment dans les systèmes d'isolation en laine de verre réalisés à partir du sable et du verre recyclé
  • Dans les systèmes d'isolation en laine de roche qui se distinguent par leur capacité à laisser respirer le support sur lequel ils sont adossés
  • Ou encore dans les systèmes d'isolation en verre cellulaire, non putrescibles et imperméables à la vapeur d'eau et à l'air.

L'isolation thermique extérieure en laines animales

Comme son nom l'indique, la technique d'isolation thermique extérieure en laines animales tire sa source des produits animaliers comme les plumes de canard et la laine de mouton. Pour une meilleure efficacité, ces produits isolants d'origine animale subissent des traitements complémentaires et sont additionnés à des additifs. Pour produire la laine en plumes de canard par exemple, 30 % de laine de mouton et des fibres de polyesters sont additionnées pour une solution homogène.

L'isolation thermique extérieure en plastique

C'est une technique d'isolation à cellules fermées, fondée sur un ensemble de produits extraits des substances organiques. Il s'agit précisément du polystyrène et du polyuréthane. Les systèmes d'isolation thermique par l'extérieur en polystyrène sont utilisés pour personnaliser sa façade. Ils sont choisis pour leur esthétique et leur résistance au feu. Ils ont une large palette de couleurs. Comme exemple nous avons les nouveaux matériaux en polystyrène, comme le polystyrène expansé ou PSE et le polystyrène extrudé ou XPS. Le polyuréthane ou PUR quant à lui s'avère encore plus résistant.

Les conditions nécessaires à une bonne isolation thermique extérieure

Il existe un ensemble de mesures pour parfaire son isolation thermique. Avant tout, il faut préciser que l'isolation thermique extérieure concerne trois parties de la maison : les murs, les sols et les combles.

Utiliser un manteau isolant performant

Le manteau isolant se doit d'être performant. Sa performance est évaluée selon trois facteurs : sa résistance thermique au flux de chaleur encore appelée R. Pour la mesurer, on utilise le m2.K/W. Le manteau utilisé est, alors, dit isolant s'il résiste normalement au flux de chaleur reçu.

Après la résistance thermique, l'autre indicateur de performance c'est la conductivité thermique ou lambda du manteau. La conductivité thermique, calculée en W/(m.K) permet de voir si le manteau est apte à conduire convenablement la chaleur. À ce niveau, plus la valeur de lambda est petite, plus il est apte à accomplir sa tâche. Pour la plupart du temps, les manteaux servant d'isolant thermique ont des lambda plus petits que 0,060 W/(m.K).

Le troisième et dernier indicateur de performance du manteau isolant tient compte de son épaisseur. L'épaisseur est le nombre de millimètres de hauteur de l'isolant. La résistance thermique ou R dépend ainsi de l'épaisseur (e) du manteau et de la conductivité thermique. Pour faire plus simple, Résistance = épaisseur + lambda.

Contrôler le processus de ventilation

La ventilation garantit un renouvellement constant de l'air dans les pièces. Une mauvaise ventilation peut être à l'origine de certaines maladies liées à la pollution et à la respiration des gaz nocifs ou microbes, véhiculés par cet air. Contrôler sa ventilation et la maitriser apparaît donc important pour combattre toute pollution contenue dans l'air et évacuer l'humidité en la transformant en vapeur d'eau. Tout ceci, pour une bonne hygiène respiratoire des habitants de l'immeuble.

Construire une paroi imperméable à l'air

Elle permet de diminuer les flux d'air impropres, non sains et porteurs de parasites. Elle réduit également les bruits transportés par l'air et la pollution atmosphérique. Les habitants dans ce cas peuvent alors respirer un air sain et jouir d'une ventilation de qualité dans le bâtiment. Depuis 2013 en France, toutes les personnes amenées à installer une isolation thermique extérieure sont ainsi contraintes de faire un auto-diagnostic dès le lancement du chantier. Cette démarche est soutenue par l'État français. Parfois, ces fuites d'air entrainent des moisissures, visibles sur les murs.

Les règles à respecter pour une isolation thermique extérieure efficiente

Éviter de le faire sur les bâtiments neufs

L'isolation thermique extérieure ne se prescrit pas sur les bâtiments neufs, puisqu'elle a moins de portée. Elle est plus porteuse sur des anciens bâtiments, ayant besoin de rénovation.

Éviter les bâtiments avec trop d'ouvertures vitrées

La pose d'un isolant thermique extérieur apparait plus difficile et plus complexe quand il y a trop d'ouverture externe sur le bâtiment. Notamment plusieurs parois vitrées, des balcons, des modénatures, les bow-windows et les loggias. Toutes ces fenêtres qui proposent une vue à l'extérieur constituent des points thermiques sur lesquels il faudrait à tous les coups s'arrêter pour les traiter. D'où la difficulté. Ou alors, il faudra coupler l'isolation thermique extérieure avec une isolation des fenêtres avec du double vitrage.

Traiter le plancher bas

Le plancher bas à lui seul, s'il est traité peut permettre d'augmenter la fiabilité et l'efficacité de l'isolation thermique extérieure. Sa prise en compte permet de réduire les fuites thermiques. Celles-ci peuvent constituer jusqu'à 17 % de consommation.

Bon à savoir : nous vous proposons de parfaire vos connaissances en ce qui concerne les procédure de mise en service du gaz ou sur le raccordement électrique, les disjoncteurs et les transformateurs et sur la sécurité de l'approvisionnement énergétique. Vous avez des idées reçues sur les centrales nucléaires en France et dans le monde ou sur le traitement des déchets radioactifs ou de l'électricité ? On vous aide à y voir plus clair. On vous explique aussi les enjeux stratégiques des technologies de 2018 et ce qu'est la TICGN et on vous parle des différents distributeurs d'énergie.

À travers ce site, plus d'informations sur le choix des matériaux d'isolation par l'extérieur et avec cette vidéo :